Tesalys : des machines pour éliminer le risque infectieux à la source

 

Tesalys conçoit et fabrique des machines de traitement des déchets à risque infectieux pour les cliniques, les laboratoires, les hôpitaux, les dispensaires… Ces déchets biocontaminés sont traités à la source. Trois ans après son lancement, Tesalys a déjà produit 150 machines pour l’essentiel vendues à l’export.

201506271228-full                                                              

« Nous sommes en avance par rapport à notre business plan» relate Miquel Lozano, président et  responsable des ventes et du marketing. L’an dernier, Tesalys a généré un chiffre d’affaires de 2,1 M€ avecune dizaine de salariés. Elle a signé en 2014 en Afrique du Nord, en Asie avec des gros contrats au Moyen-Orient.
Tesalys a vendu une machine en Afrique dans le cadre d’un projet européen de lutte contre l’épidémie Ebola. Dès sa création, l’international a été une priorité avec au- jourd’hui une vingtaine de pays couverts, une trentaine de distributeurs.

Les déchets biocontaminés deviennent des déchets ménagers. 

En 2015, la demande s’est ralentie au Moyen-Orient sous l’effet de la baisse du prix du pétrole. La bonne nouvelle est venue de France avec l’homologation de la machine Steriplus en mars 2015 par le Ministère de l’environnement. «C’est un élément qui va nous servir à l’export car la réglementation française est l’une des plus sévères  au monde».

Sur le territoire, 2 à 3 sites pilotes seront équipés d’ici la fin 2015. En France et en Europe, le traitement autonome à la source vient compléter les réseaux de collecte des

DASRI. «Nos machines conviennent bien pour les sites éloignés, dans les DOM-TOM. Nous apportons aussi une solution écologique en supprimant des flux de camions». Les déchets traités redeviennent des déchets ménagers. Le marché est loin d’être saturé à l’échelle du monde, dans la plupart des pays les DASRI sont mélangés avec les déchets ménagers. L’entreprise va étendre son réseau en visant le Brésil, la Chine, la Russie, les USA… Dans ce domaine, il n’y a pas une homologation internationale unique.

Dans certains pays comme la France, l’homologation est une barrière coût importante (près de 200 k€ en France). La mise sur le marché de Steriplus a suscité le réveil de la concurrence qui était jusque-là plutôt sur le traitement des gros volumes.

«C’est la preuve que notre produit correspond bien à une demande. On veut conserver notre leadership dans l’innovation». Tesalys compte déposer de nouveaux bre- vets, améliorer la performance, la producti- vité, élargir la gamme qui comprend deux machines de 20 et 40 litres. Depuis avril 2014, Tesalys est installée à St-Jean de l’Union.

L’an dernier elle a réussi sa levée de fonds, 1,5 M€ au total auprès d’Entrepreneur Aventure avec un prêt participatif d’amorçage de BPIFrance de 500 k€. Toutes les machines sont fabriquées chez un sous- traitant local. La montée en puissance a été très rapide sur 2013-2014. «En produisant en France, Tesalys n’est pas le meilleur marché mais c’est un plus en termes de réputation et fiabilité».

Jean-Luc BÉNÉDINI, Entreprises Midi-Pyrénées, 2015

La une de nos adhérents

Meavanti : la nouvelle prothèse mammaire en cours d’étude comparative

Elle l’a imaginée, réalisée et brevetée : Leonarda Sanchez-Comte a mis au point une prothèse mammaire externe innovante, offrant du sur-mesure […]

Tesalys transforme les déchets infectieux en confettis

MAGIQUE. Que faire des aiguilles, pansements et autres détritus infectieux des hôpitaux ? Pour éviter de coûteux transports vers des centres […]

AnatomikModeling, la haute-couture de la prothèse médicale

C’est une première mondiale qui a fait du bruit : en octobre 2016, l’équipe médicale de pneumologie du CHU de […]

Notre actualité

« L’outil doit rester un support, ne pas remplacer l’humain »

Les cliniques Capio soutiennent Futurapolis pour la première fois cette année. Véronique Dahan, directrice régionale du groupe explique son choix, […]

Un « CHU nouvelle génération » attendu à Toulouse

Le CHU de Toulouse soutenu par l’Inserm, le CNRS et l’université Paul-Sabatier, espère accueillir dans les mois à venir un […]