Surgical Perspective se prépare pour sa deuxième levée de fonds

Touleco – 19/04/2016

Surgical Perspective, entreprise toulousaine spécialisée dans les instruments innovants à usage unique pour la chirurgie mini-invasive, s’appuie sur la plateforme Happy Capital pour récolter 250.000 euros et accélérer son développement à l’international.

Deuxième round. Après une première levée de fonds en 2013 auprès notamment d’Irdinov, Surgical Perspective entend boucler un deuxième tour de table d’ici dans deux mois pour un montant total d’un million d’euros. L’entreprise fondée en 2009, qui développe des écarteurs à usage unique pour la chirurgie mini-invasive, lance un appel aux bonnes volontés sur la plateforme bordelaise de financement participatif Happy Capital. Objectif : récolter 250.000 euros, s’ajoutant aux 750.000 euros déjà « sécurisés », selon Frédéric Mouret, le fondateur et président, auprès d’Irdinov et des business angels.

Déjà présent, via un réseau de distributeurs, sur le marché américain avec un écarteur dédié à la chirurgie de l’obésité, l’entreprise souhaite renforcer sa présence sur ce marché. L’Europe – France, Belgique, Espagne, Italie, Angleterre – est en deuxième position, suivie de l’Asie, avec le Japon et la Thaïlande. Des contacts ont aussi été pris avec des distributeurs dans les Émirats arabes unis et l’Arabie saoudite.

 

De 4000 à 100.000 pièces par an en 2021

Surgical Perspective a développé, en collaboration avec l’Institut de recherche contre les cancers de l’appareil digestif situé à Strasbourg, quatre instruments chirurgicaux capables d’écarter certains organes bloquant l’accès à d’autres pendant une opération, afin de les contourner et d’opérer avec moins d’incisions. Des innovations qui lui ont valu d’être lauréats au dernier concours régional des Inn’Ovations.

Cette technique se prête particulièrement à la chirurgie de l’obésité, la gynécologie et l’urologie. « Il s’agit de limiter le nombre d’incisions afin de réduire la douleur due aux cicatrices et de limiter les risques d’infection. Les patients peuvent ainsi regagner plus tôt leur domicile », ajoute Frédéric Mouret. Une cinquantaine d’hôpitaux dans dix pays, y compris la France, utilisent ces instruments.

Pour accompagner le développement commercial à l’étranger, la production, assurée par le sous-traitant alsacien BS Medical Tech Industry, monte en cadence. Elle devrait atteindre les 100.000 pièces par an dès 2021, contre 4000 en 2015.
Audrey Sommazi

 

Sur la photo : Frédéric Mouret envisage de recruter une vingtaine de personnes en cinq ans, dont une dizaine pour des fonctions supports au siège de l’entreprise à Toulouse. Crédits : Hélène Ressayres – ToulÉco

La une de nos adhérents

Meavanti : la nouvelle prothèse mammaire en cours d’étude comparative

Elle l’a imaginée, réalisée et brevetée : Leonarda Sanchez-Comte a mis au point une prothèse mammaire externe innovante, offrant du sur-mesure […]

Tesalys transforme les déchets infectieux en confettis

MAGIQUE. Que faire des aiguilles, pansements et autres détritus infectieux des hôpitaux ? Pour éviter de coûteux transports vers des centres […]

AnatomikModeling, la haute-couture de la prothèse médicale

C’est une première mondiale qui a fait du bruit : en octobre 2016, l’équipe médicale de pneumologie du CHU de […]

Notre actualité

« L’outil doit rester un support, ne pas remplacer l’humain »

Les cliniques Capio soutiennent Futurapolis pour la première fois cette année. Véronique Dahan, directrice régionale du groupe explique son choix, […]

Un « CHU nouvelle génération » attendu à Toulouse

Le CHU de Toulouse soutenu par l’Inserm, le CNRS et l’université Paul-Sabatier, espère accueillir dans les mois à venir un […]