Pierre Fabre lance son propre fonds pour des projets européens

Après le lancement début décembre de son programme Nature Open Library, qui donne accès à son patrimoine végétal, Pierre Fabre accélère sa stratégie d’innovation ouverte. Ce mercredi, le groupe pharmaceutique annonce la mise en place du Pierre Fabre Fund for Innovation, qui n’est pas un fonds classique. En plus d’un apport financier, il vise à soutenir des projets novateurs, en priorité européens, en matière de R&D et de développement clinique.  « Après deux à trois ans de réflexion, nous avons opéré un « reengineering » de notre modèle de R&D en misant davantage sur la flexibilité et la recherche collaborative », explique Laurent Audoly (photo), directeur de la R&D de Pierre Fabre Pharmaceuticals, qui assure le pilotage opérationnel de ce fonds, dont il ne divulgue pas le montant. Pour quelle raison ?  « Nous avons créé un back-office comme un fonds d’investissement, mais nous ne sommes pas dans une logique purement financière », insiste-t-il. L’objectif de Pierre Fabre est d’aider des entreprises de biotechnologies sous-capitalisées et des laboratoires privés ou publics à accélérer le développement de candidats médicaments prometteurs.

« Option d’exclusivité »

Excepté la rigueur, le groupe n’a volontairement pas défini de critères de sélection trop précis, pour éviter de laisser passer une pépite qui ne serait pas visible dans son radar. Mais il recherche des projets très novateurs à un stade ni trop précoce, ni trop avancé, dont l’état de maturité se situe à plus ou moins deux ans de l’entrée en étude clinique.  « Avec cette chronologie d’intervention qui nous distingue des fonds d’investissement, nous ciblons trois domaines thérapeutiques prioritaires pour notre groupe, la dermatologie, l’oncologie et l’onco-dermatologie », précise Laurent Audoly.  « Notre objectif principal est de lancer de nouveaux produits innovants en mettant en place un schéma de partage de risque et de création de valeur avec les porteurs de projets. » Il a commencé à tester l’idée de ce fonds stratégique lors de la 34e Annual Healthcare Conference de JP Morgan, à San Francisco, à la mi-janvier.  « Nous n’absorberons pas les sociétés, mais nous pourrons mettre en place une option d’exclusivité sur le développement des produits susceptibles de nous apporter de la valeur ajoutée », explique-t-il.  « Nous sommes aussi prêts à servir de caution et à aider les entreprises innovantes de santé qui ont besoin de boucler des levées de fonds conséquentes », ajoute Laurent Audoly, qui s’est fixé pour objectif, prudent, de conclure deux deals en 2016.

Chantal Houzelle, Les Echos
Pierre Fabre Fund for Innovation

Lancement : février 2016
Managing partner :
Laurent Audoly, directeur de la R&D de Pierre Fabre
Equipe : 6 personnes
Secteurs : oncologie, dermatologie et onco-dermatologie

En savoir plus sur http://www.lesechos.fr/idees-debats/sciences-prospective/021649736401-pierre-fabre-lance-son-propre-fonds-pour-des-projets-europeens-1197201.php?WWebf3xPZFJXq7fV.99

La une de nos adhérents

Meavanti : la nouvelle prothèse mammaire en cours d’étude comparative

Elle l’a imaginée, réalisée et brevetée : Leonarda Sanchez-Comte a mis au point une prothèse mammaire externe innovante, offrant du sur-mesure […]

Tesalys transforme les déchets infectieux en confettis

MAGIQUE. Que faire des aiguilles, pansements et autres détritus infectieux des hôpitaux ? Pour éviter de coûteux transports vers des centres […]

AnatomikModeling, la haute-couture de la prothèse médicale

C’est une première mondiale qui a fait du bruit : en octobre 2016, l’équipe médicale de pneumologie du CHU de […]

Notre actualité

« L’outil doit rester un support, ne pas remplacer l’humain »

Les cliniques Capio soutiennent Futurapolis pour la première fois cette année. Véronique Dahan, directrice régionale du groupe explique son choix, […]

Un « CHU nouvelle génération » attendu à Toulouse

Le CHU de Toulouse soutenu par l’Inserm, le CNRS et l’université Paul-Sabatier, espère accueillir dans les mois à venir un […]