Nouveauté : l‘interview adhérent octobre 2019- Focus Innopsys

Régulièrement, nous mettrons en avant une entreprise adhérente de BMA. La société Innopsys* inaugure cette nouvelle rubrique à l’occasion de ses 20 ans : Une belle opportunité de revenir sur le parcours de cette entreprise carbonnaise et de son dirigeant, Stéphane Le Brun, que nous avons rencontré.

Stéphane Le Brun, pouvez-vous nous décrire votre parcours professionnel en quelques mots ?

Je suis ingénieur diplômé de Ecole Supérieure d’Optique de Paris.

J’ai tout d’abord travaillé au sein de l’entreprise toulousaine ATG, spécialisée du disque optique numérique (CD d’archivage). J’y occupais le poste de responsable de la R&D lorsque l’entreprise a déposé le bilan en 1999. Nous avons alors créé Innopsys avec Laurence Bouet, une entreprise spécialisée au départ dans le CD et le DVD. L’entreprise continue à se développer depuis 20 ans mais elle a évolué vers l’instrumentation médicale et les Biotechs dès 2000.

Comment passe-t-on du DVD à l’instrumentation médicale ?

Le premier produit d’Innopsys a été un échec au niveau des ventes auprès de nos clients, tous à Taiwan, du fait de la concurrence avec Hitachi. Nous nous sommes vite retrouvés en difficulté.

A travers de notre réseau au LETI (1), j’ai fait la connaissance de personnes de bioMérieux qui cherchaient une équipe pour leur développer un scanner de biopuces pour le diagnostic in vitro.

Nous nous sommes entendus et avons signé un contrat de R&D pour eux. Ce contrat a permis à Innopsys de rebondir. Au bout de 5 ans le programme de développement des biopuces a été arrêté par bioMérieux. Les scanners étaient alors opérationnels et fonctionnels. Grâce aux compétences acquises dans les biopuces et le marché des Biotechs nous avons alors commencé à développer notre propre gamme de scanners. Notre premier scanner InnoScan, sur le marché depuis 2006, est toujours en vente.

Quel est le savoir-faire spécifique de votre entreprise ?

Innopsys est spécialisée dans le scanner de biopuces. Notre expertise est donc forte en optique, micro mécanique, électronique et informatique.

95% de notre chiffre d’affaire étant réalisé à l’exportation et notamment aux Etats-Unis, l’export est aussi une composante importante de notre savoir-faire.

Qu’est-ce qui vous distingue de vos concurrents ?

Nous avons actuellement très peu de concurrence sur le marché des scanners de biopuces : En 2015, le m

arché des biopuces a été est mis à mal par l’apparition du séquençage génomique.

Nos concurrents qui sont de grosses entreprises telles que Agilent, Molecular Devices, semblent délaisser ce marché qui est un marché de niche.

Nous sommes arrivées par la petite porte dans ce domaine et aujourd’hui nous sommes leader sur ce marché. Notre chiffre d’affaire consolidé sera de plus de 3.5 Millions d’euros en 2019. Donc je dirais que ce qui nous distingue de nos concurrents est que nous n’avons négligé aucune « micro-niche ». Nous avons su devancer l’appel du marché de la protéomique qui a depuis pris le relais de la génomique : nous avions déjà une gamme complète de scanners (8 modèles) quand nos concurrents n’en avaient qu’un.

Quelle est l’actualité d’Innopsys ?

Cette année nous fêtons les 20 ans de l’entreprise et nous préparons un évènement pour les célébrer au mois de novembre !

Sur le plan commercial, nous avons deux actualités liées à notre volonté de diversification :

Nous allons sortir en fin d’année un nouveau scanner d’imagerie tissulaire qui s’adressera au marché de la pathologie et à la recherche de biomarqueurs. Nous espérons que ce nouveau marché sera un relais de croissance important pour Innopsys puisque notre marché principal, celui des biopuces, est en stagnation, grignoté par le séquençage plus performant ou la PCR (Polymerase Chain Reaction), moins coûteuse. Nous pensons avoir encore 5 à 8 ans de ventes devant nous de scanners de biopuces notamment grâce à la protéomique en croissance et qui n’a pas d’autre alternative technologique.

Le second challenge est l’obtention du marquage CE de classe III d’un instrument de chirurgie de bloc opératoire permettant de faire de la stimulation et du monitoring électrique de nerf, de muscle et du cerveau. Nous avons rencontré beaucoup d’embûches et le marquage n’est pas encore acquis.

Quelles sont les principales difficultés rencontrées dans ce processus de marquage CE de classe III ?

En reprenant cette activité en 2015 à Hémodia, nous avons dû déposer une nouvelle demande de certification de marquage CE, notamment pour une électrode de stimulation qui est un dispositif médical de classe III. Nous avons monté le dossier nous-mêmes, avec peu d’expérience, et avons peut-être perdu du temps.

De plus, le G-MED (2) (Organisme Notifié DM) ayant largement anticipé le changement de règlementation des dispositifs médicaux, nous avons dû refaire tout le dossier et nous en sommes à la quatrième soumission bien que nous nous soyons entourés de consultants experts. Nous n’avons toujours pas de certitudes sur l’obtention du marquage mais nous sommes confiants et endurants !

De manière générale, quelles autres difficultés avez-vous rencontrées dans le parcours de développement d’Innopsys ?

Ces 3 dernières années, malgré une bonne activité nous avons eu des problèmes de liquidités qui nous manquaient depuis 2016. Nous sortons de cette situation grâce à une très bonne exploitation mais… on n’a jamais trop de cash. Notre capacité de ré-endettement va augmenter en fin d’année nous permettant par exemple d’envisager plus d’investissements, ou des opportunités de rachat d’activités pour aller encore plus loin dans la diversification et la croissance.

 En prenant un peu de recul sur Innopsys, quels seraient les mots-clés qui caractérisent cette entreprise ?

Du point de vue du business je dirai que notre ADN c’est la culture R&D et l’export. L’exportation représente 95% de notre marché. Les 5% qui sont en France ne sont pas négligés.

D’un point de vue plus général, je pense aussi au développement durable. Notre bâtiment a été construit en 2004. Il est HQE (Haute Qualité Environnementale) et nous nous y sentons toujours bien.

Enfin, l’endurance : Savoir anticiper, s’accrocher et rebondir !

Quelles est la plus belle réussite de votre entreprise et de votre entreprenariat ?

Une certaine fierté que nous avons est d’avoir réussi à créer cette activité tout en maintenant les valeurs que nous souhaitons avoir au travail. Nous avons créé quelque chose qui nous correspond toujours bien et qui ne nous a pas échappé.

En tout cas, cette société, dans sa manière de fonctionner, avec ses valeurs, correspond bien à ce que nous souhaitions faire. Aujourd’hui nous sommes 25 et le matin, chez Innopsys, je pense que l’on est content de démarrer la journée.

 Avec le recul qu’est-ce que vous feriez différemment dans votre parcours de création et développement de votre entreprise ?

En business, un échec ne veut pas forcément dire que l’on est mauvais, de même qu’une réussite ne signifie pas forcément que l’on soit visionnaire. C’est un peu plus complexe que cela. S’il faut un exemple, disons qu’avec le recul, je pense que récemment nous avions trop fait grossir notre R&D au détriment de la partie commerciale. Nous sommes en train de rééquilibrer cela.

Et enfin, quels conseils donneriez-vous aux jeunes entrepreneurs ?

Aux jeunes entrepreneurs, je dirais qu’en France, il n’est pas si compliqué de créer une société. Il y a de l’administratif certes mais c’est par exemple plus dur aux Etats-Unis où il est obligatoire de s’entourer d’experts tellement le système des taxes est compliqué. En France, on peut déclarer sa TVA soi-même !

Si j’avais des conseils à donner, le premier serait de se former : j’ai fait les cours du soir à l’IAE (Institut d’Administration des Entreprises) pendant 2 ans à la création d’Innopsys. Un jeune entrepreneur doit savoir de quoi on parle lorsqu’il s’agit de finances, de gestion ou de comptabilité.

Ensuite, lorsqu’on monte une entreprise, la difficulté numéro une est bien sûr de trouver des clients. C’est vrai, sans aucun doute. Mais le second challenge, et de loin le plus difficile, est celui de la gestion des ressources humaines, et avec le recul on se rend compte que cela ne s’apprend pas comme la comptabilité. Il n’y a pas de recette miracle. Même dans une petite équipe, le facteur humain peut vite faire que tout tourne bien… ou pas. Donc savoir choisir ses collaborateurs, bien s’entourer et donner une dynamique à l’ensemble d’une équipe est très important. C’est cependant un travail à temps complet et une compétence qui s’acquière beaucoup par l’expérience.

L’équipe de BMA souhaite remercier vivement Stéphane Le Brun pour sa disponibilité, le partage de ses expériences et la qualité des échanges lors de la préparation de cet article.

Claire Toutin

BIOMED Alliance


Cet article est issu de propos libre récoltés lors d’un entretien, avec l’aimable autorisation de Monsieur Stéphane Le Brun, CEO, Innopsys.

(1) LETI:  centre de recherche et technologie spécialisé dans les micro et nanotechnologies, à Grenoble.

(2) G-MED : Groupement pour l’évaluation des dispositifs médicaux« habilité par l’ANSM, pour effectuer en qualité d’organisme notifié toutes les opérations d’évaluations visées par les directives européennes relatives aux dispositifs médicaux, (Organisme notifié n° 0459) », citation du site du GMED.


* Innopsys est une entreprise d’instrumentation médicale basée à Carbonne (31). Elle est composée de 25 personnes sur le site et de 3 personnes aux Etats-Unis. Un tiers de son effectif est dédié à la R&D.

https://www.innopsys.com/fr/societe/profil/presentation

Innopsys a récemment fait l’objet d’un article dans l’équipe (ci-dessous, source: L’équipe, 9 septembre 2019, page 10) et vient d’être récompensé par le prix régional catégorie Export de la 10e édition des « Trophées PME RMC ».

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La une de nos adhérents

Tesalys relocalise sa production près de Toulouse

La société Tesalys, qui commercialise des machines traitant les déchets infectieux dans les hôpitaux et laboratoires, a lancé une ligne […]

Nouveauté : l‘interview adhérent octobre 2019- Focus Innopsys

Régulièrement, nous mettrons en avant une entreprise adhérente de BMA. La société Innopsys* inaugure cette nouvelle rubrique à l’occasion de […]

Medesis Pharma se rapproche du marché Euronext

Medesis Pharma, la biotech pharmaceutique installée à Baillargues (34) a signé un accord avec Transgène, géant de la biotech coté […]

Notre actualité

On en parle dans Voccitanie News – CCI Occitanie

BIOMED ALLIANCE CULTIVE LES BONNES PRATIQUES DE L’ENTREPRENEURIAT EN SANTÉ Réunissant quelque 70 entreprises d’Occitanie œuvrant dans le secteur de […]

Le Mot du Président – Informations sur la fusion des pôles et les implications de BIOMED Alliance

Chers Adhérents, C’est avec un grand plaisir que nous travaillons avec les membres du Conseil d’Administration et du Bureau à […]

8 juillet 2019 – Rencontre avec le Professeur Louis Casteilla : Projet Campus Bio-Santé

BIOMED Alliance a reçu le Professeur Louis Casteilla , Délégué Pôle de coordination COMUE Toulouse Biologie, Agronomie, Biotechnologie, Santé Le Professeur […]