Ixaltis lance sa première étude clinique de phase II sur la Litoxétine

Après avoir réussi sa levée de fond auprès d’investisseurs internationaux, la start-up française spécialisée dans les maladies génito-urinaires et rénales a obtenu l’autorisation pour démarrer sa première étude clinique de phase II sur la Litoxétine dans le traitement de l’incontinence urinaire. L’essai se déroulera dans 25 centres répartis sur six pays (Canada, France, Géorgie, Pologne, Royaume-Uni et Ukraine).

Ixaltis a acquis les droits exclusifs de trois molécules dont la Litoxetine (IXA-001). Les premiers essais précliniques menés par des instituts privés et universitaires ont débouché sur des résultats prometteurs dans le traitement de l’incontinence urinaire. Une pathologie qui concerne environ 400 millions de personnes dans le monde et jusqu’à 50% des femmes de plus de 50 ans, pour une croissance estimée à +21% d’ici 2018.

Lancement de l’étude de phase II sur la litoxetine (IXA-001)  
Ixaltis lance sa première étude clinique de phase II avec la Litoxetine, et a obtenu l’accord des autorités de santé européennes via la VHP (Voluntary Harmonization Procedure), accord qui sera suivi par la validation des comités éthiques nationaux en France, Angleterre et Pologne. L’étude a également été validée par les autorités de santé et le comité central éthique canadien ainsi que par les autorités éthiques et scientifiques en Géorgie, pouvant ainsi débuter.

Cette étude clinique inclura 240 femmes de 18 à 75 ans souffrant d’incontinence urinaire mixte, pathologie pour laquelle il n’existe pas de traitement probant. Elle se déroulera dans 25 centres répartis sur six pays (Canada, France, Géorgie, Pologne, Royaume-Uni et Ukraine). Un premier patient a déjà rejoint l’étude en Géorgie.

L’efficience du traitement sera évaluée par le nombre d’épisodes d’incontinence urinaire, ainsi que par la perception et l’amélioration du bien-être des patientes. La sécurité et la tolérance de la litoxétine par rapport au placebo seront également estimées. Si le succès se confirme, cette étude constituera le début d’un véritable développement pour la Litoxetine, avec comme but de pouvoir offrir le premier traitement médical aux patients souffrant d’incontinence urinaire mixte.

Le Pr. François Haab, chirurgien urologiste spécialisé en urologie fonctionnelle et en particulier dans le traitement de l’incontinence urinaire chez l’homme et la femme, interviendra en tant qu’investigateur principal en sa qualité d’expert médical.

 

La une de nos adhérents

Meavanti : la nouvelle prothèse mammaire en cours d’étude comparative

Elle l’a imaginée, réalisée et brevetée : Leonarda Sanchez-Comte a mis au point une prothèse mammaire externe innovante, offrant du sur-mesure […]

Tesalys transforme les déchets infectieux en confettis

MAGIQUE. Que faire des aiguilles, pansements et autres détritus infectieux des hôpitaux ? Pour éviter de coûteux transports vers des centres […]

AnatomikModeling, la haute-couture de la prothèse médicale

C’est une première mondiale qui a fait du bruit : en octobre 2016, l’équipe médicale de pneumologie du CHU de […]

Notre actualité

« L’outil doit rester un support, ne pas remplacer l’humain »

Les cliniques Capio soutiennent Futurapolis pour la première fois cette année. Véronique Dahan, directrice régionale du groupe explique son choix, […]

Un « CHU nouvelle génération » attendu à Toulouse

Le CHU de Toulouse soutenu par l’Inserm, le CNRS et l’université Paul-Sabatier, espère accueillir dans les mois à venir un […]