Asept InMed. 50 M€ de chiffre d’affaires visés en 2020

L’enjeu. En plus de travailler son portefeuille actuel de dispositifs médicaux à usage unique, le distributeur étudie pour la première fois des pistes de croissance externe.

Et si, en 2015, Asept InMed signait sa première acquisition ? « Pour l’instant, nous ne faisons qu’identifier des cibles et prendre des contacts », tempère son président Christophe Lehain. Filiale du groupe germano-américain Medi-Globe, le distributeur de dispositifs médicaux à usage unique envisage cette option dans le cadre d’une stratégie globale de développement de son portefeuille produits. Se divisant pour moitié entre des dispositifs fabriqués sous les marques Asept InMed ou Medi-Globe et des produits distribués pour le compte de tiers tels que l’Américain Kimberly Clark, le catalogue de la société comporte près de 800 références. « Les dispositifs médicaux pour voies d’abord digestif (qui sont la spécialité de Medi-Globe, ndlr) représentent plus de 45 % de notre activité. Le reste se répartit entre les familles « hygiène », « voies respiratoires », « cardiologie »,  » accessoires de cathétérisme » et enfin « urologie », que nous sommes en train d’intégrer. C’est un marché nouveau pour nous, sur lequel nous recevons un accueil très favorable de la part des utilisateurs. »

Forte croissance sur le homecare
Réalisant 60 % de son chiffre d’affaires avec les établissements de santé privés et publics, la société cible aussi les pharmacies, revendeurs et prestataires de soins à domicile. « Sur ce segment, nous connaissons une croissance organique à deux chiffres », indique Christophe Lehain. Et d’ajouter : « L’un des facteurs-clés de ce développement est de proposer des produits qui répondent aux besoins des clients en termes de qualité, de fiabilité mais aussi de réactivité avec 98 % des commandes livrées sous 48 heures. » En parallèle, Asept InMed a, depuis quatre ans, renforcé ses équipes commerciales : sur 58 salariés, 25 sont aujourd’hui dédiés à la vente directe. En 2015, la société devrait ainsi dépasser les 35 M€ de chiffre d’affaires (contre 16 M€ en 2007), avec une rentabilité de l’ordre de 12 %. Son objectif, d’ici à cinq ans, est d’atteindre 50 M€. « Nous allons encore développer notre portefeuille existant mais, sur les produits où nous détenons déjà plus de 50 % de parts de marché, cela a du sens de faire des propositions de rachat à des sociétés plus petites que nous. » À condition, pour Christophe Lehain, d’obtenir l’aval de Medi-Globe bien sûr, mais aussi de « maintenir l’état d’esprit de PME qui règne dans l’entreprise. » Installée à Quint-Fonsegrives depuis 2004, Asept InMed investit cette année 200.000 € dans l’aménagement de trois salles dédiées à l’accueil et la formation de ses partenaires et clients et d’une salle de visioconférence. À côté du bâtiment principal de 4.000 m², V3J Promotion vient également de débuter la construction de 1.000 m² qui porteront à 3.500 m² la surface de stockage d’Asept InMed à la fin de cette année.

(Quint-Fonsegrives) Président : Christophe Lehain 58 salariés CA 2014 : 32 M€ 05 62 57 59 20

www.aseptinmed.fr

Source : Journal des Entreprises – Juin 2015

La une de nos adhérents

Meavanti : la nouvelle prothèse mammaire en cours d’étude comparative

Elle l’a imaginée, réalisée et brevetée : Leonarda Sanchez-Comte a mis au point une prothèse mammaire externe innovante, offrant du sur-mesure […]

Tesalys transforme les déchets infectieux en confettis

MAGIQUE. Que faire des aiguilles, pansements et autres détritus infectieux des hôpitaux ? Pour éviter de coûteux transports vers des centres […]

AnatomikModeling, la haute-couture de la prothèse médicale

C’est une première mondiale qui a fait du bruit : en octobre 2016, l’équipe médicale de pneumologie du CHU de […]

Notre actualité

« L’outil doit rester un support, ne pas remplacer l’humain »

Les cliniques Capio soutiennent Futurapolis pour la première fois cette année. Véronique Dahan, directrice régionale du groupe explique son choix, […]

Un « CHU nouvelle génération » attendu à Toulouse

Le CHU de Toulouse soutenu par l’Inserm, le CNRS et l’université Paul-Sabatier, espère accueillir dans les mois à venir un […]