Amatsigroup : objectif croissance dans les services pharmaceutiques

article-amatsigroup-2Le rythme de progression d’Amatsigroup ne risque pas de faiblir au vu des objectifs que se fixe cette entreprise régionale basée à Fontenilles. Elle a développé toute une gamme de services pour l’industrie pharmaceutique dans les phases précliniques et cliniques, des start-up dans les biotechs, jusqu’aux grands groupes, à la fois dans la santé humaine et vétérinaire.

L’an dernier, le groupe avait réalisé un chiffre d’affaires de 33 M€. En 2016, le CA sera d’environ 43 M€. Alain Sainsot, son président, ambitionne d’atteindre la centaine de millions d’euros à l’horizon 2022. Déjà les 50 M€ sont envisagésdès l’an prochain, un an avant l’objectif.

«Nous réalisons entre 10 et 12% de croissance organique chaque année quand le marché croÎt d’environ 7%/an. Nous complétons par des opérations de rachat externe. On cible plutôt des sociétés implantées dans le Nord de l’Europe, des Pme de 3 jusqu’à 10 M€ de CA».

Le groupe emploie 320 salariés, présents sur huit sites, cinq en France avec 150 salariés au siège à Fontenilles, deux en Belgique et un aux uSA. La croissance c’est d’abord la volonté d’avoir davantage de moyens financiers : «le groupe s’est développé avec les besoins des grands mais les ressources des petits». Amatsigroup est né au départ de l’initiative du fonds d’investissement Ekkio Capital qui a racheté en 2010 ses deux premières entreprises dont Avogadro à Fontenilles- fondée en 1998 par deux anciens de Merial Toulouse dont l’un, Jean-Pierre Arnaud est actionnaire et membre de l’équipe de direction. D’autres sociétés ont rejoint le groupe par la suite qui s’est structuré en 2013 avec des fonctions supports (juridique, achat, marketing-commercial…) communes et s’est développé à l’international en Belgique, aux uSA. L’équipe d’Alain Sainsot a acquis une expérience certaine dans l’intégration réussie d’entreprise, précieuse pour aborder les prochains dossiers de reprise.

Amatsigroup Group entend bien participer à la structuration de la filière encore très atomisée sur le territoire et  ailleurs. Le business est là, dans le monde entier, le recours à la sous-traitance dans l’industrie pharmaceutique devient la norme tant pour les grands que chez les start-up qui gèrent des projets sans avoir les expertises nécessaires pour les développer.

L’activité est organisée autour de cinq activités stratégiques : le biologique (process, manufacturing, contrôle), les bioservices, les analyses pharmaceutiques, la formulation galénique et production de lots
cliniques, le conditionnement et la distribution de lots cliniques. Amatsigroup intervient sur les molécules chimiques ou biologiques, pour de multiples projets de médicaments, vaccins… L’expertise scientifique et technique, la qualité et la réactivité résument les points forts de l’entreprise. Les accréditations sont nombreuses, françaises et internationales venant entre autres de la FDA ou du Japon. «Nous avons aussi développé une approche marketing avec une connaissance approfondie de la demande. Amatsigroup Group est devenu une marque reconnue».

Avec environ 250 clients dont le plus important ne dépasse pas 10% du CA, Amatsigroup est relativement à l’abri des aléas du marché. Les biotechs représentent environ 55%, les entreprises moyennes, 30% et les big pharmas, 15%. L’export génère 1/3 du CA. Toutefois la concurrence est multiple et diverse à l’international avec des géants en face sur certaines de ses spécialités comme Eurofins ou SGS qui pèsent audelà du milliard d’euros. Si le carnet de commandes ne dépasse pas trois mois avec des contrats courts sur 1 semaine à 3 ou 4 mois voire plus pour le biologique, Amtsigroup bénéficie d’une forte fidélisation.

Ex-directeur industriel chez Pierre Fabre et actionnaire du groupe, Alain Sainsot a amené la culture de l’amélioration continue et du lean dans ses activités de services à l’industrie. «Il y a toujours à gratter dans les organisations, les flux, une entreprise c’est un organisme vivant». Il est à l’origine de la création de l’unité de Pau, spécialisée dans la fabrication de lots injectables, intégrée désormais dans le portefeuille de services. En croissance, le groupe maintient en parallèle des investissements significatifs, près de 3 M€ en 2016. L’entreprise recrute 18 personnes en France plus d’autres dans ses deux sociétés en Belgique.

Un diagnostic de qualité au travail engagé spontanément !
«Nous faisons partie des 5% d’entreprises qui ont engagé spontanément un diagnostic de qualité au travail sans avoir été confrontées à un incident» tient à souligner Alain Sainsot. La direction a engagé des entretiens collectifs et individuels. 90% du personnel a renvoyé le questionnaire. La motivation ? «Il faut bien s’occuper à la fois de nos clients et du bien-être de notre personnel qui représente 50% de nos dépenses. La satisfaction de l’un est toujours liée à celle de l’autre. Et c’est lorsque l’entreprise va bien qu’il faut chercher à s’améliorer ».

 

Source Entreprises Midi-Pyrénées  – Novembre 2016

 

La une de nos adhérents

Tesalys fait des confettis avec les déchets infectieux, et ça marche

Après avoir conquis plusieurs pays en voie de développement, le broyeur-stérilisateur de déchets contaminés de Tesalys s’attaque à la France. […]

Anatomik Modeling. Ses produits dans plus de 30 hôpitaux en Europe

Santé. Spécialiste des dispositifs médicaux s’appuyant sur les technologies 3D, Anatomik Modeling soumet sa 2e gamme de dispositifs aux essais […]

Starvac met la pression sur sa croissance

Depuis plus de 40 ans, Starvac conçoit et fabrique à Toulouse ses appareils de « palper rouler ». Mais la concurrence asiatique […]

Notre actualité

Quel avenir pour la médecine du futur ?

«La médecine du futur : créer, anticiper, développer». Tel était le thème du colloque proposé aux acteurs de la santé […]

MEDTECH

Visualisez l’étude technologique MedTech

BIOTECH

Visualisez le Panorama de l’industrie des Sciences et de la Vie en France